Atlas Préhistorique de la Tunisie

Ce travail de longue haleine a été mis en oeuvre conjointement par l'Institut National du Patrimoine de Tunis (principalement autour de M. Harbi-Riahi et de J. Zoughlami avec également A. Gragueb et A. M'Timet) et le LAPMO (Laboratoire d'Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), puis l'ESEP (avec G. Camps, puis R. Chenorkian). Aujourd'hui 12 fascicules, fondés sur les feuilles au 200 000e - Tabarka, Bizerte, Makthar, Le Kef, Gabès, Cap Bon, Tunis, La Goulette, Souk El Arba, Sousse, El Djem, Kairouan - ont été publiés par l'Ecole Française de Rome. Les feuilles de Sfax-Mahares et de Zarzis sont en voie d'achèvement. Ainsi tout le littoral tunisien aura été couvert. La feuille d'El Ayacha est actuellement en cours de réalisation. Depuis 1995, les travaux comprennent des opérations systématique de prospections et de sondages soutenues par le Ministère des Affaires Etrangères. Une attention toute particulière a été portée aux zones de sebkha littorales et à leur occupation humaine. Parallèlement, une base de données spécifique a été également développée (sur 4D par R. Chenorkian) aux fins de gestion de l'information, de recherche et d'aide à la rédaction.