La présence de stries sur les ossements prouvent l'activité humaine utilisant des tranchants d'outils taillés. Leurs localisations (ici sur un condyle distal de fémur de petit herbivore) démontrent d'une action de désarticulation. Ces preuves sont importantes pour les périodes les plus anciennes du Paléolithique (exemple provenant du site Paléolithique inférieur de Coudoulous I, Lot, Fouilles J.Jaubert). Leurs études permettent de mieux caractériser les techniques de boucherie des hommes préhistoriques.
Des observations fines, au Microscope Electronique à Balayage, et des expérimentations sont employées pour définir parfaitement la morphologie des stries d'origne humaine : section en V, présence de stries internes secondaires,.... D'autres stries peuvent avoir des origines animales (ex.dents ou griffes de carnivores) ou naturelles (suite à du piétinnement).